Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

CES Art Paintings - Page 4

  • Claude Monet Biographie - 1840-1926 Imprimer cette page.


    Bateaux rouges

    Claude Monet

    Agrandir l'image

    Claude Monet a été l'un des pères fondateurs de l'impressionnisme français. la préoccupation de Monet était de refléter l'influence de la lumière sur un sujet. Il n'a jamais abandonné son style de peinture impressionniste jusqu'à sa mort en 1926, le fauvisme et le cubisme étaient en vogue et quand la peinture abstraite est entré en existence.

    Première publication: Avril 2002
    Dernière mise à jour: Juillet 2013
    Premières leçons de peinture

    Claude Monet est né à Paris, mais a grandi à Le Havre. Sa première production artistique étaient des caricatures quand il était un petit garçon. Près de sa maison était une petite boutique appartenant à un peintre de marine, M. Eugene Boudin. Il a reconnu le talent du garçon et lui donna ses premières leçons de peinture.

    La famille de Claude était pas très heureux de sa vocation pour la peinture. En 1860, il a été rédigé et a dû aller en Afrique du Nord pendant deux ans. Après son retour d'Afrique, il est allé à Paris et a pris des cours de peinture à l'atelier de Gleyre à Paris. Au studio, il a fait la connaissance Auguste Renoir, Sisley, Bazille et d'autres. Le noyau du futur mouvement impressionniste est né.
    Peinture en plein air
    Haystacks

    Claude Monet Paintings

    Agrandir l'image

    Bientôt Monet se détourna du style traditionnel de la peinture dans un studio. Avec ses nouveaux amis, il est allé à l'extérieur dans la forêt de Fontainebleau pour peindre à l'air libre. Mais les critiques publiques et l'art ridiculisés ces nouvelles peintures qui ressemblaient tellement différent de tout style classique de l'art.

    Dans une caricature publiée dans un journal, ils ont été moqués de la proposition de chasser l'ennemi prussien en leur montrant des peintures impressionnistes - pas très agréable! Quand la guerre franco-prussienne de 1870-1871 a éclaté, Monet a choisi d'aller à Londres avec son ami Pissarro. Là, il a vu les peintures de William Turner dans les musées de Londres.
    La maison à Giverny

    Après 1880, le public lentement commencé à reconnaître la valeur de l'impressionisme. Monet Claude et ses amis pourraient enfin obtenir un revenu solide à partir de la vente de leurs tableaux. En 1883, Monet a loué une maison à Giverny à environ 50 kilomètres à l'extérieur de Paris. Plus tard, en 1890, il a acheté la maison où il devait rester jusqu'à sa mort en 1926.
    Claude Monet et Peintures de série
    pont japonais

    Claude Monet

    Agrandir l'image

    En 1890, Monet a commencé à peindre systématiquement les mêmes sujets dans différentes conditions de lumière. Le premier sujet étaient les meules de foin derrière sa maison. Comme la lumière a changé au cours de la journée plus vite qu'il pouvait peindre, il a travaillé simultanément sur plusieurs toiles. A la fin, il avait peint 25 versions différentes des meules de foin.

    Plus de la série des peintures suivies - la cathédrale de Rouen, des vues de Venise ou la Tamise à Londres avec les Chambres du Parlement et d'autres sites à Londres - souvent dans le brouillard. Quand il peint à Londres en 1899, il a dit:

        «Sans le brouillard, Londres ne serait pas une belle ville."

    Et à une autre occasion, Monet a mis la quintessence de sa philosophie de l'art dans la phrase suivante:

        "Je veux que le inatteignable. D'autres artistes peignent un pont, une maison, un bateau, et c'est la fin. Ils sont finis. Je veux peindre l'air qui entoure le pont, la maison, le bateau, la beauté de l'air dans dont ces objets sont situés, et qui est tout simplement impossible. "

    Claude Monet Nymphéas

    claude_monet_bordighera_14544.jpg


    Dans ses dernières années, Claude Monet a souffert de problèmes physiques. Après 1907, une mauvaise vue et les rhumatismes ont rendu de plus en plus impossible pour lui de peindre. Mais il a continué jusqu'à l'année de sa mort.

    Le grand projet au cours des dernières années a été centrée autour de son jardin avec un étang de nénuphars et un pont japonais. Il avait même construit un studio dans son jardin, afin qu'il puisse peindre plus facilement sans être exposée à l'extérieur de la météo.

    En Février 1926, à l'âge de 83 ans, il a pu terminer le dernier grand défi de sa vie - une commission par le gouvernement français pour 22 peintures murales de nénuphars. Le 5 Décembre, 1926 Claude Monet est mort d'un cancer du poumon.

  • Présentation de ... The Other Side



    De l'introduction de l'autre côté de la peinture par Wendy Rodrigue, publié Octobre 2013 après UL Press-

    Ma mère, un artiste, m'a parlé dans mon premier cours d'histoire de l'art, un voyage de balayage des peintures rupestres au début de la Renaissance. Auparavant, j'évitais, pensant que je préfère l'auto-découverte à travers les livres de ma mère. Pourtant, dès le premier jour, je me suis assis perdu dans un autre temps et dans le monde. J'imaginais la main qui tenait le pinceau, quelque chose que je fais toujours, même avec les peintures de George, même après je l'ai vu appliquer la peinture.

    3-1.jpg



    (Photo, George Rodrigue à son chevalet, Carmel, Californie 2013; cliquez sur la photo pour agrandir-)

    D'une certaine manière, en imaginant l'artiste me met dans ce lieu, les circonstances, aussi proche que je serais jamais venu à l'intérieur de sa tête. Il a été mon obsession aussi longtemps que je remember- de comprendre comment les autres pensent et ressentent, pourquoi ils font ce qu'ils font, et que de toute façon il est tout enraciné dans le bien. (... À quel point George me donne le discours d'Hitler).

    Simultanée au début de histoire de l'art, je pris "Comédies et Histoires de Shakespeare», également au milieu des années 1980 à l'Université Trinity à San Antonio, Texas, entrelaçant dans mon esprit les histoires, personnages historiques, linguistiques et artistiques. Dans la bibliothèque, je découvre la salle des médias où, en ces jours pré-Internet, je regardais la BBC Television Shakespeare, égayant encore non seulement l'histoire, mais un autre de l'esprit, que Shakespeare, le caractère de, ou l'acteur de, afin que je puisse satisfaire une petit peu de ma curiosité et d'apprendre qui ils sont et comment ils les tiques.

    3-2.jpg



    (Photo, George Rodrigue à son chevalet, Lafayette, Louisiane, 1971; cliquez sur la photo pour agrandir-)

    Peut-être qu'il est l'empathie, mais je pense qu'il est plus. Il est une obsession indéfendable, quelque chose qui pousse George fou, comme je chasser un serveur impoli de ne pas lui dire hors tension ou de le tuer avec gentillesse, la voie sud, qui n'a jamais été mon chemin, mais plutôt de trouver honnêtement si nous avons eu un malentendu, si nous l'offensé, ou si un mot réfléchie juste pourrait aider à un problème qui n'a rien à voir avec nous du tout. Je perds le sommeil sur ces confusions non résolus, rejouant les conversations et les occasions manquées dans mon esprit.

    Et je crois que tout cela me rend capable de mieux comprendre l'artiste, tout artiste, de sorte que même un sandwich en béton est l'expression personnelle de quelqu'un. Je ne peux pas porter sur elle ou que vous voulez dans un délai de ma collection, mais je respecte comme venant de l'intérieur de quelqu'un d'autre. (... .again De George le discours d'Hitler, cette fois combiné avec le discours de l'art de merde).

    George secoue la tête sur mon exaltation à la récente découverte du site et le squelette d'enterrement de Richard III. Je l'ai regardé les vidéos à plusieurs reprises de la découverte de fouilles et de l'ADN, en imaginant pas que je suis le roi d'Angleterre, mais que je suis l'archéologue, enchanté par une telle découverte. Je suppose que le maintien des outils main est ma main, se brosser la saleté, soigneusement, révélant les os des doigts délicats, des orbites et des dents.

    Rodrigue Blue Dog
    Soudain, histoire de l'art, Shakespeare, histoire et science se fondent en une magnifique vignette squelettique, significative. Je lance d'abord à l'Internet et, mourant de curiosité, pour les livres de ma mère et mes livres de collège et de Shakespeare, mélangeant dans mon esprit comme il l'a en Angleterre sur la table de laboratoire d'une université.

    Je crois que dans l'intégration des arts dans tous les aspects de l'éducation et, autant que possible dans la vie quotidienne. Voilà pourquoi la Louisiane A + écoles (et des programmes similaires dans d'autres Etats) est tellement excitant, avec un mouvement généralisé vers la conscience de l'éducation dans les musées. Ceci est également la raison pour laquelle 100% de mes recettes de ce livre, ainsi que des conférences et des expositions connexes, bénéficient des programmes de la Fondation George Rodrigue des Arts, y compris des fournitures d'art pour les écoles, des bourses d'études, et des camps d'art.

    J'ai grandi dans le domaine artistique, bulle quasi-théâtrale de Mignon, et aujourd'hui, plus de vingt ans depuis ma dernière classe histoire de l'art, je vis dans les environs de la richesse culturelle Nouvelle-Orléans et naturellement belle vallée de Carmel, en Californie. Tous les aspects de ma vie quotidienne se confond avec les arts. Mon blog, Rêveries de la femme d'un artiste, me permet d'observer et d'évoquer des souvenirs sur le papier, avec des postes durables indéfiniment, contrairement à un magazine qui peut finir dans la poubelle ou sur le bas de la pile de salle de bains.

    Cool%20Head_%20Warm%20Feet.jpg


    Mon mari, George Rodrigue, est un mode de réalisation artistique. Pour lui, comme il crée et prend des décisions, l'art vient toujours en premier. Il se réfère à moi souvent comme un artiste aussi. Lors des visites scolaires, cependant, vous ne me trouverez pas la peinture avec les enfants. Au lieu de cela, je propose à travers, en admirant leur travail, enviant une liberté de ligne inconnu pour moi. Je peins rien. Je dessine rien. Face à une toile vierge, je me sens seule inquiétude. Pourtant, George voulait sous-titrer ce livre, l'histoire de deux artistes, un titre si inconfortable que j'aboyé mon rejet sans lui expliquer.

    3-3.jpg



    Plus de «artiste», le mot «marketing» me glace, ce qui réduit mon écriture à une stratégie de vente. Dès le début, ces Rêveries, que ce soit dans mon blog, un magazine ou un livre, sont basés sur un concept simple: le partage. Dans mes essais sont les intérêts de ma vie. Mon espoir est que ce que je trouve fascinant, dont la plupart implique George Rodrigue, et qui tous, grâce au filtre placé sur moi par ma mère il y a quelques années, implique les arts, va inspirer les autres, parce que, finalement, la joie de mon l'expression de soi, que ce soit par écrit ou la parole en public, se trouve dans ce défi.

  • Sir Lawrence Alma-Tadema

    Lawrence Alma -Tadema, better known by its English name (it took British citizenship in 1872), was born in Holland, Dronrijp, in 1836. He began his training at the Academy of Antwerp where he worked between 1852 and 1856 . He spent 1857 with the Louis archeology professor Taye and then perfected with Baron Henrik Leys, a history painter whose meticulous reconstructions of the sixteenth and seventeenth centuries were to give him a taste of archaeological accuracy. He first specialized in Merovingian and Egyptian scenes before trourner to ancient Rome. Elected member of the Academy of Antwerp in 1861, he was touted as an outstanding artist in an international art dealer, the Belgian Ernst Gambert, whom he met in 1864. The twenty-four canvases commanded him Gambert for his London gallery secured him an immediate success in England. Alma-Tadema exhibited at the Royal Academy in London from 1869. After striking the English prudishness with nudity, the model of the sculptor (1877), he returned to more Victorian and measurement now quartered in the genre that pleased his audience: his figures half naked, presented in striking Greco-Roman decor of "truth" earned him the title of "painter of marble" and soon conquered America.
    Alma-Tadema was discovered Pompeii during his honeymoon in 1863. With an outstanding collection of Roman and Greek antiquities photographs (not less than 168 volumes!), He had an inexhaustible repertoire of objects of everyday life Rome, Athens and Pompeii. Really love of antiquity, he transformed his house in Regent's Park - which was to be partially détruuite in 1874 by the explosion of a barge loaded with gunpowder - in Pompeian villa!
    Alma-Tadema exhibited several times in France. Already a gold medal at the 1864 Salon for Egypt of the past, he submitted two paintings at the 1874 Salon, The Tenth Plague of Egypt, death of the firstborn and sculpture, commissioned portraits, undoubtedly a canvas of the same vein as the 1867 Sculpture Gallery or that of 1874. Mocking the taste of "the crowd" to "subjects" and "images", Zola cites "the paintings of Alma Tadema M., whose archaeological strangeness amazes and stops people by the collar, "among" the most viewed works "of the exhibition. Even success for lascivious bacchantes of Amfissa Women (1887): they earned the painter an honorary gold medal at the Universal Exhibition of 1889.
    Knight of the Order of Leopold I ° in Brussels in 1865, a member of the Royal Academy since 1879, knighted by Queen Victoria in 1899, "Sir Lawrence Alma-Tadema" was undoubtedly one of the most famous painters the second half of the nineteenth century. Late triumph of Impressionism was still dry up public enthusiasm for languorous antiquailleries the Victorian artist John Ruskin and will even declare that it was "the worst of the painters of the nineteenth century!" ... when he felt the taste change and decrease its influence, Alma-Tadema retired from the stage: in 1911, he resigned from the Royal Academy; he died a year later on June 25, 1912, in Wiesbaden, Germany, where he had gone to take the waters.
    Honored in death as he had been in life, the painter was buried in the crypt of St Paul's Cathedral in London with artists he loved as Lord Leighton. After an eclipse of the century three quarters, the work of Alma-Tadema back into fashion in addition to its influence on the "peplum" American, the many sites devoted to it in the United States and the sale to 1.5 million books, the discovery of Moses in 1995 testify to this revival of Victorian painting.

    from Sir Lawrence Alma-Tadema

    a-love-missle-1878.jpg-29529.jpg